Archives de Catégorie: Ecriture

Mise à jour

Iain-Banks-001

Il y a longtemps que je n’ai pas donné de nouvelles sur mon blog… La première sera la plus importante : Iain Banks est mort. En avril il annonçait lui-même sur site web être atteint d’un cancer incurable et n’avoir au mieux qu’un an à vivre. La maladie ne lui a laissé guère qu’un mois. Avec lui c’est une immense œuvre sur une société appelée la Culture qui se termine; C’était un foisonnement d’idées, des space opera à grande échelle, une pensée politique derrière l’ivresse des mots… Tout cela c’était Iain Banks, un auteur écossais qui a marqué son époque… Un fantastique auteur qui nous quitte à l’âge de 59 ans.

http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2013/06/10/mort-du-pere-de-la-culture-iain-banks_3426913_3382.html

http://www.parismatch.com/Culture/Livres/Iain-Banks-La-disparition-d-un-visionnaire-engage-518053

Au revoir Monsieur Iain Banks et merci.

Vous ne le connaissez pas ? Faites moi plaisir, lisez un de ses livres.

Que dire après cette triste nouvelle ? Tout paraitra bien fade.

Ce dernier mois, j’ai retravaillé le synopsis de mon roman, affiné certaines parties de mon plan et écris de petites nouvelles. L’écriture est bien là, bien que discrète…

Et parfois on se dit à l’aune de ce tragique événement, qu’il ne faut pas remettre son écriture à demain.

Publicités

jusqu’au bout de la nuit…

 

pen

Comme prévu, la nuit dernière je me suis fait un petit défi d’écriture non stop pour mon projet « La vie de château ». Le défi était d’écrire 10.000 mots de 21h30 à 4h en se basant sur les nuits de l’écriture.

Le bilan de cette longue nuit c’est que j’ai couché un peu plus de 5.000 mots et me suis arrêté vers 3h. J’en tire deux enseignements. Premièrement, il me sera pour l’instant plus rentable d’écrire 1.000 mots par jour ou tous les deux jours que de faire de grosses séances où la qualité n’est pas forcément au rendez-vous, mais cela oblige vraiment à s’y plonger sur une durée continue et on n’est pas dérangé en pleine nuit :-). Mon deuxième constat c’est que je vieillis; aussi il devient plus dur de gérer de telles nuits (sans compter le rituel, un peu de musique, une petite boisson); le même temps consacré à l’écriture en journée me conviendra mieux… A condition de repousser tous les dérangements possibles en journée (famille, enfant, téléphone, etc…).

Est-ce que je recommencerais de 21h30 à 4h avec un objectif virtuel de 10.000 mots ? Possible, lorsque j’aurais besoin de me mettre un petit coup de pied au postérieur.

Au final, me voilà avec quatre scènes écrites, pour un total de 6.000+ mots. Mon synopsis prévoit vingt scènes dont deux ou trois sont encore à redécouper et à détailler. Un bon début qu’il faut poursuivre…

J’avoue, ce vendredi ce fut récupération de la nuit… Pas grand chose en écriture, mais mon espace bibliothèque refait (3 nouvelles bibliothèques) et tous mes livres de SF déplacés dans ce nouvel espace… Ouf moins de piles qui trainent partout ;-).

La vie de château

castle

 

Et voilà j’ai craqué. Pour la mise en route de mon projet (rappel: un roman), j’ai décidé de me lancer dans le Challenge 1er jet de Cocyclics. Je commence très tard le challenge puisqu’on est déjà en avril, sans parler de mon projet qui, s’il possède un synopsys, n’a à l’heure actuelle qu’une petite scène écrite. Une et demie en fait.

Alors pour bien débuter ce challenge – réaliser un premier jet complet en moins d’un an – j’ai déjà offert un titre à ce futur roman : la vie de château. Un titre qui rappelle pour ceux qui les auront lues, trois nouvelles cyberpunk donnant naissance à ce projet.

Objectif donc de cette année : environ 350 000 / 400 000 signes pour un roman de SF plutôt noir qui mêlera IA, cyberspace, génétique et polar.

Prochaine étape : cette fin de semaine où je me lance dans une nuit blanche d’écriture (à l’image de : Les nuits de l’écriture), 10.000 mots en 6 heures et demies. Les mots n’ont plus qu’à bien se tenir !

Enfin vous remarquerez que j’ai créé une catégorie pour regrouper tous les billets de ce projet : La vie de château.

A bientôt !

Pour ne plus ReLIRE

Une pétition en ligne contre ReLIRE est en cours :

Pétition : l’opt-out des lecteurs qui refusent de devenir ReLECTEURS

Pour signer c’est à cette adresse

ReLIRE : l’opt-out des lecteurs

À l’attention des signataires de l’accord-cadre pour la numérisation des livres indisponibles, et des groupes impliqués dans son application :

Nous lecteurs, amoureux du livre sous ses diverses formes, conscients et respectueux du statut du créateur, atterrés par les flous, les failles, les vices du projet de numérisation des indisponibles et de son application, nous déclarons que nous ne sommes pas dupes, et refusons d’être complices.

Nous joignons notre voix solidaire à celles, nombreuses, d’auteurs, d’éditeurs et d’autres acteurs du livre, qui se sont élevées pour demander un réexamen de la loi n° 2012-287, en réelle concertation avec les principaux concernés.

Mais nous n’en restons pas là. Si, en dépit de tous ces appels, ReLIRE et la loi qui l’encadre ne révisent pas leur copie, nous nous ferons un devoir de ne pas ReLIRE : nous refusons d’alimenter la machine aliénante, d’engraisser les abuseurs. Nous nous ferons un plaisir d’apporter plutôt notre soutien financier aux écrivains qui s’en iront, leurs œuvres sauvées du désastre sous le bras, bâtir ailleurs de meilleures structures de publication, aux éditeurs qui n’auront pas sacrifié leur sens de l’éthique et de l’esthétique à leur survie économique, aux libraires indépendants qui défendent tous ceux-là. Dans cette même logique, nous saurons nous souvenir des maisons d’édition qui n’hésitèrent pas à trahir leurs auteurs, en prenant avantage du déséquilibre instauré par une loi qui fait leur seul profit : celles-là perdent notre confiance, notre respect, et notre appui financier. Elles verront bien, à l’heure du bilan comptable, si les cadeaux de l’État valent la loyauté des lecteurs.

Le prix que cette loi en l’état voudrait nous faire payer à tous pour la numérisation des livres indisponibles du Xxe siècle est aberrant. Mais un public de lecteurs n’est pas un troupeau de consommateurs.

Si le projet ReLIRE se fait, nous nous engageons à ne pas faire vivre ReLIRE : considérez ceci comme notre opt-out en tant que lecteurs.

Encore et toujours ReLIRE !

 

Une des premières habitudes qu’un écrivain en herbe doit apprendre c’est de se relire, se relire activement pour pouvoir réécrire et améliorer son texte. L’Etat français pousse l’art à son plus sommet car il faudra dorénavant aux écrivains confirmés bien relire ReLIRE. De nombreuses personnes ont eu l’art de décortiquer cette nouvelle loi sur les indisponilbes alors je me permettrais de vous fournir quelques liens :

ReLIRE : Auteurs étrangers,  méfiance, contactez votre agent

Auteurs, réveillez-vous ! Des solutions avant que ReLIRE ne vous dépouille

De la loi sur les indisponibles au registre ReLIRE : la blessure, l’insulte et la réaction en marche

Réponses à François Gèze, membre du conseil scientifique du registre ReLIRE

 

Voilà en tout cas une loi qui fait connaître le ministère de la culture bien au delà des frontières hexagonales :

France: All your books are belong to us

Harlan Ellison, Ursula K. Le Guin Among Award-Winning Writers On French “Copyright Theft” List

France: stealing books isn’t piracy when the government does it

… To be continued

Citations et écriture

Quelques citations sur l’écriture, que celles-ci nourrissent vos idées :

« L’écriture est la peinture de la voix. »    Voltaire

« La seule écriture valable, c’est celle qu’on invente… C’est ça qui rend les choses réelles. »   Enerst Hemingway

« Une œuvre originale, c’est du plagiat pas encore détecté »   William Inge

« L’auteur doit céder la parole à son œuvre. »   Nietzsche

« Dire qu’un livre est moral ou immoral n’a pas de sens, un livre est bien ou mal écrit c’est tout. »   Oscar Wilde

Première scène

ID-10067404

Voilà, aujourd’hui petite journée pour l’écriture où les mots n’étaient pas forcément présents mais comme dit/lu en tant d’endroits : inspiration ou pas, il faut se mettre face à la feuille (ou l’écran) et écrire. Peut-être qu’à la fin tout sera à jeter, ou à reprendre (soyons optimiste) mais il faut acquérir des habitudes d’écriture et écrire régulièrement. Je ne sais plus quel auteur disait qu’il est intéressant de constater six mois après que l’on ne sait plus distinguer ce que l’on a écrit « sous inspiration » ou « sans inspiration ».

Bref, aujourd’hui au lieu d’approndir certains personnages secondaires, j’ai décidé de me lancer sur la première scène de mon roman qui n’a pas de nom (non pas qu’il ne faille pas le nommer sous peine de chatiment, mais juste parce que le titre me résiste pour l’instant). Après un peu de temps disponible, c’est donc une scène de 5500 signes qui a emergé et qui nécessitera un peu d’amplification. Le résultat correspond au découpage que je me suis fixé (heureusement après si peu de signes). Bon c’est vrai que ce n’est pas beaucoup pour l’instant, mais après 3 ans d’atelier d’écriture de nouvelles (à taille limitée à 6000 signes), il semblerait que je produise naturellement la même longueur de texte…

Ok il n’y a plus qu’à écrire tous les jours 😉

Les personnages

En plein dans mes travaux préparatoires pour mon projet de roman, j’ai attaqué aujourd’hui quelques fiches pour les principaux protagonistes. Je suis en celà la méthode du flocon décrite par Pénélope (des étapes qui consistent itérativement à faire boule de neige et à donner de la consistance à l’ensemble de l’histoire). Physique, caractère, biographie, buts et obstacles, toutes les idées y passent et se bousculent. C’est une étape indispensable lorsque l’on songe qu’une fiction est avant tout portée par des personnages.

A propos des personnages dans l’écriture, Nancy Kress a écrit un livre dans lequel je puise toujours de précieux conseils: Write great fiction : Characters, Emotion and Viewpoints. J’apprécie particulièrement ses ouvrages qui exposent des exemples réussis et expliqués ainsi que des exercices en chaque fin de chapitre pour répérer/analyser/exploiter les textes de nos auteurs préférés ou nos propres ébauches.

write-great-fiction-characters-emotion-viewpoint

Il faut toujours un début…

Il y a toujours un début à tout… C’est ce que dit l’adage (et il serait bien difficile d’aboutir à une fin sans début – bien qu’une fois le cercle fermé ? Enfin passons). Donc après plusieurs nouvelles envoyées à des appels à texte et en attente de réponse, je passe à un autre projet de plus longue haleine : l’écriture d’un roman (en l’occurence le premier).

Et comme je suis du genre à aimer à réfléchir à mon univers, l’intrigue et la structure avant d’attaquer, voici plusieurs semaines que je suis sur la documentation et un début de synopsis. On se dirige tout droit dans un Paris cyberpunk entremêlé de réalité virtuelle. Pas de titre pour l’instant alors comment l’appeler ? Un petit nom de code comme les pré-versions de Windows et autres joyeusetés informatiques ? Aucune idée pour l’instant, c’est juste « mon gros projet ».  Ou je vais suivre le 2e conseil de ce lien et appelez celà « mon petit projet ».

En tout cas je vous tiendrais au courant de l’avancée de cette nouvelle aventure…

Nouvelle rubrique

Aujourd’hui, les habitués découvriront une nouvelle rubrique dans le menu principal : « Textes en ligne », une section où je regrouperais des textes de mon cru et non publiés en d’autres lieux. Bien souvent de petits moments d’écriture, parfois des textes issus d’atelier d’écriture.

La rubrique s’agrémentera de contenu au grès des envies, voici comme 1er texte « Epitaphe sous un ciel chargé », un nouvelle en une phrase (avec des mots imposés) sur un futur lugubre : https://ndelalondre.wordpress.com/textes-en-ligne/epitaphe-sous-un-ciel-charge/ .

A très bientôt pour d’autres moments d’écriture.

Nicolas