Archives de Catégorie: Science

Evolution

Un court billet suite à une image vue sur le réseau social Facebook. Il s’agit d’une image sur l’Evolution, une théorie scientifique combattue à coup de croyance par le créationisme, très en forme aux Etats-Unis. Je ne parlerais pas dans ce message du créationisme, stupidité qui me rappelle toujours une citation d’Isaac Asimov :

L’anti-intellectualisme a été un fil conducteur qui serpente à travers notre vie politique et culturelle, nourrie par la fausse idée que la démocratie signifie que «mon ignorance vaut autant que vos connaissances»

Je parlerais juste de la fausse idée répandue sur la théorie de l’Evolution. Nombre de personnes voient l’Homme comme le résultat d’un progrès biologique (au sens évolution orientée vers un progrès), un procédé qui renforcerait leur vision de la supériorité de l’Homme sur le reste du rêgne animal… Et ces mêmes personnes associent de manière erronée leurs convictions avec la théorie de l’évolution. (Qu’il est courant d’entendre d’ailleurs que l’Homme n’est pas un animal. Ah bon ? Serait-il une plante ? Un minéral ?…). Il sont en celà bien aidés, poussés sur la voie glissante de l’approximation scientifique, du pseudo-scientisme par la célèbre image de « l’évolution de l’Homme » : cette image représentant différents ancêtres de l’Hominidé actuel de gauche à droite pour finir à L’Homme moderne. Notez bien l’aspect linéaire de gauche à droite, sens de lecture qui renforce la perception de progrès comme sur une ligne temporelle orientée vers le futur…

Pourtant rien de plus faux, l’interprêter ainsi c’est en réalité la vision de la « scala naturae », l’échelle des êtres, l’ordre « naturel » où l’Homme (bizarrement…) domine, très en vogue à la renaissance. La nature est hierarchisée, l’Homme en haut de la pyramide comme le résultat d’un progrès continu de la Nature.

Alors qu’est-ce que l’Evolution ? L’Evolution est la transformation de groupes d’individus d’une même espèce (une population) sur une longue période de temps par l’action de la sélection naturelle. Cette sélection naturelle est un processus qui favorise les individus adaptès à leur milieu.

Par leur caractère hasardeux, la Nature et l’évolution peuvent faire ressortir des gênes et des caractères conduisant à l’extinction d’une espèce si le milieu change. Ce n’est pas une amélioration d’une espèce : plus forts, plus rapides, … C’est une adaptation aux contraintes du milieu (même si cela peut conduire à une complexification).

Pour résumer cette différence entre Scala naturae et Evolution, voici l’image dont je vous parlais au départ, bien plus explicite que mes maigres explications :

true_evolution

Et pour se rappeler que l’Homme moderne n’est qu’une espèce parmi tant d’autres, voici juste un arbre des mammifères : http://www.onezoom.org/mammals.htm, dont vous retrouverez une vidéo ci après.

Un schéma des différentes espèces et leurs ramifications :

Par Leonard Eisenberg

Par Leonard Eisenberg

Mais que chacun se rassure… A ma petite échelle et sans que la Nature intervienne, je suis aussi une certaine évolution :

evolution

La nouvelle « Scala Naturae » : l’ordinateur au sommet de la pyramide ? 🙂

Une dernière pour la route : « L’homme descend du singe ». Cette phrase véhicule plusieurs choses selon les personnes, une parenté biologique directe singe – homme, une sorte de séparation animal/homme (= l’Homme serait issu d’un animal mais a atteint un autre stade), une vue hierarchisée : L’Homme supérieur.

Faux:  1) Le singe est biologiquement un sous groupe particulier. 2) l’Homme n’est pas « à part »,  il est un Primate au sens propre, une espèce de primate parmi d’autres (dont nos cousins les singes), ni supérieur, ni inférieur aux autres espèces.

Quelques sites:

Idées fausses sur la théorie de l’évolution

wikipédia, théorie évolutionniste

wikipedia, théorie synthétique de l’évolution

wikipédia, la sélection naturelle

Evolution, dossier du CNRS

Publicités

Lecture et cerveau

Un petit jeu du cerveau, lisez le texte suivant d’une traite, vous pourriez être surpris :

Sleon une édtue de L’uvinertisé de Cmabrigde, l’odrre des ltteers dnas un mto n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire soeint à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlbème. C’est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe,mias le mot cmome un tuot