Archives du blog

Un nouveau Baxter

Les éditions Le Bélial’ vont publier en février un quatrième tome de la civilisation des Xeelees de Stephen Baxter : Accrétion, l’occasion de le signaler sur ce blog surtout que le premier chapitre est disponible gratuitement en téléchargement !

Voici ce qu’en dit le New Scientist:

… Clarke, Asimov et Heinlein sont les très rares à avoir réussi pareil tour de force : écrire une SF basée sur une science exacte et où l’extrapolation mêle plaisir de lecture et vertige. Baxter les rejoint désormais.

Pour le commander : Accrétion par Le Bélial’

Accrétion par Stephen Baxter

Accrétion par Stephen Baxter

 

Manchu

Mon premier lien avec un livre de Science-Fiction est toujours sa couverture. L’imaginaire de mondes inconnus passe par le visuel et même en lisant les mots d’un texte c’est tout un univers visuel que je créé dans l’étroitesse de mon cerveau. Le procédé est identique lorsque j’écris des nouvelles, je vois mon histoire, je l’imagine par les yeux de mes personnages et j’ai donc l’habitude de multiplier les stimuli sensoriels(affiche, payasage, photo, musique, sons…).

En tant que lecteur j’ai toujours apprécié deux illustrateurs : celui que l’on ne présente plus, Wojtek Siudmak dont le site vous transportera en d’autres horizons (Une touche de Dali non ?), et Manchu, illustrateur français qui a signé de très belles couvertures. Comparé à Siudmak, les oeuvres de Manchu sont empreintes de réalisme ce qui permet d’ajouter une certaine crédibilité au contenu du livre comme vous pouvez le voir sur ces quelques exemples :

Les tours de Saramante de Norbert Merjagnan

Les tours de Saramante de Norbert Merjagnan

Treis, altitude zéro de Norbert Merjagnan

Treis, altitude zéro de Norbert Merjagnan

Les chants de la Terre Lointaine d'Arthur C. Clarke

Les chants de la Terre Lointaine d’Arthur C. Clarke

Illustration pour Tau zéro de Poul Anderson

Illustration pour Tau zéro de Poul Anderson

Couvreture de Vortex de Robert Charles Wilson

Couvreture de Vortex de Robert Charles Wilson

Gladius_0818_Manchu_Le_Sceptre_Du_Hasard

Le spectre du hasard / Manchu

Ainsi si, comme moi, vous aimez les illustrations de Manchu, je vous invite à acquérir son livre « Science (fiction) » dont voici le quatrième de couverture signé Gerard Klein:

Comme la plupart de ses collègues voués à illustrer des œuvres de science-fiction, de fantastique ou de fantasy, Manchu soutient un défi apparemment impossible. Le public attend des représentations réalistes d’univers littéraires et imaginaires constitués avec des mots. Dans l’art difficile du réalisme impossible, Manchu est certainement l’un des meilleurs, voire le meilleur, comme le montrent les peintures réunies dans ce volume.
Gérard Klein

manchu

 

Et pour ne rien perdre de l’illustrateur, suivez son blog : Manchu.

Architecture…

Parfois la réalité des projets architecturaux tend à nous rappeler l’imagerie issue de la Science-Fiction quand elle ne la précède pas… Voici un article où 93 batiments plus originaux l’un que les autres vous sont proposés ! (De quoi rêver pour certains lecteurs, de quoi nourrir des idées pour certains auteurs) :

From Architecture to sciernce-fFiction – 93 Buildings

Park Gate – Dubai, UAE

ps: vous remarquerez notamment le batiment du futuroscope de Poitiers ou l’arche de la Défense (cocorico !)

Mon ciné version Science-Fiction

Ah le cinéma ! Grand pourvoyeur d’imagerie science-fictive ! Qui n’a pas entendu parler des chevaliers Jedi et n’a pas en tête des images de bataille spatiale ? Les créatures bleues d’Avatar peut-être alors ?

Pourtant lorsque l’on me pose la question de la Science-Fiction au cinéma, je suis certainement plus difficile que mes contemporains. La faute à mes lectures – je vous assure – l’intrigue et l’univers d’un livre de science-fiction me paraissent tellement plus riches que leurs équivalents fimographiques que j’ai toujours un peu de mal à trouver un film de SF qui vaut le coup. Que dire des adaptations de films ou de nouvelles ? Beaucoup d’éches ou de semi-échecs, nous n’avons pas d’équivalent du seigneur des anneaux de Jackson en adaptation SF, et pourtant je rêverais de voir le cycle de Fondation (Isaac Asimov) sur grand écran.

Certains me citeront sûrement Dune, de David Lynch, il ne figure pas dans mes favoris (je lui ai préféré la mini-série de Jon Arrison avec William Hurt).

Mais récemment c’est France 3 qui me rappela un monument de la SF quelle soit écrite ou visuelle. Pour les couches-tards, ou les lèves-tôt – c’est selon – il fallait être derrière son poste de minuit à deux heures du matin pour revoir l’indémodable Blade Runner. Voilà mon numéro un, toujours indétrôné par les millions (milliards ?) de dollars en effets spéciaux; un formidable film tiré de la nouvelle « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques » de Philip K. Dick. Et même si le film n’est pas la nouvelle, on a enfin un film qui vaut le coup.

Autre monument qui fait la part belle au Cyberspace et à l’ensemble de l’oeuvre de William Gibson (entre autre), il s’agit de Matrix (je ne cite pas la trilogie, on pourrait s’arrêter au premier) :

Enfin un film sûrement moins connu du grand public, dans un style sombre et très esthétique qui flirte entre science-fiction et mystère: Dark City d’Alex Proyas.

Tout commence dans une salle de bain. On y voit un homme sur le front duquel perle une goutte de sang, dans une baignoire. Une lampe vacille, l’homme se réveille. Confusion et incompréhension sont alors son lot lorsqu’il s’aperçoit qu’il est dans un étrange hôtel et qu’il est recherché pour des meurtres dont il n’a aucun souvenir. On apprend, en suivant l’homme dans sa quête d’identité et de mémoire, qu’il s’appelle John Murdoch et qu’il est poursuivi par un détective du nom de Bumstead pour les meurtres qu’il aurait commis. Bientôt, il comprend que les choses ne sont pas comme elles devraient l’être lorsqu’il voit la ville entière s’endormir brusquement et que tout change. C’est alors qu’apparaissent les « Étrangers ».

@wikipedia

Somme toute, trois films à l’univers sombre mais certainement mes préférés.

Le guide des éditeurs de l’Imaginaire !

Le voilà tout beau tout frais, celui que vous attendiez avec impatience ! Bon peut-être que vous n’étiez pas au courant ? Cocyclics, site communautaire de bêta lecteurs (nous aurons l’occasion d’en reparler), vient d’éditer sa deuxième version de son guide des éditeurs du genre imaginaire.

ggg

Au sommaire de l’ouvrage, 90 fiches concernant autant d’éditeurs de SF, Fantasy et Fantastique et indiquant tous les éléments nécessaires pour bien cibler son éditeur:
– Les collections
– l’ouverture (ou non) aux débutants
– la taille attendue des manuscrits
– l’acceptation des séries
– la mode soumission
– le délai de réponse théorique
– l’adresse de l’éditeur

Pour compléter ce recueil indispensable : Jean-Claude Dunyach nous explique comment présenter son manuscrit à un éditeur, Cindy Van Wilder décrit les différents genres de l’imaginaire et enfin une double page est consacrée à la chaine du livre avec ses différents acteurs et leurs rôles. Vous en voulez encore ? Eh bien vous trouverez aussi les témoignages de 8 auteurs sur leur premier roman.

Pour tout dire je ne vois pas ce qui retiendra tout aspirant-auteur de l’Imaginaire de posséder ce petit guide, surtout qu’il ne coûte que 7 Euros en version papier (frais de port inclus) et 3 Euros en version électronique (format pdf). Il est même possible d’obtenir les deux versions pour 9 Euros.

Alors tout ce qu’il me reste à vous dire, c’est où trouver l’ouvrage : Editions Les tremplins de l’Imaginaire.

Bienvenue

Bienvenue sur mon petit blog sans prétention.

Pourquoi ce blog ? Parce que je suis un habitué des blogs et de tout ce qui touche aux réseaux sociaux. Depuis longtemps je pensais à l’occasion parler de mes lectures, de la SF et de la science mais aussi de l’écriture, alors pourquoi pas un blog ?

Nous verrons comment cet espace vierge se remplira, au fur et à mesure de mes interventions et des commentaires.